Hayden Fields - Malheureusement, on ne choisit pas sa vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

◗ j'ai : vingt quatre ans.
◗ je suis : ancien militaire (à la recheche d'un nouvel emploi)
◗ mes conneries : 3

Hayden Fields le Lun 28 Mar - 19:37
2 2

Hayden Fields


Salutation la compagnie ! Commençons par le commencement, mon p'tit nom à moi c'est Hayden Fields et j'ai la chance d'avoir vingt quatre ans au compteur. Sisi, avoues, tu m'envies de ouf. Ouais enfin bref, je suis né(e) un certain vingt huit juillet mille neuf cent quatre vingt onze. Dans la fabuleuse (ou pas) ville de San Fernando. Puis dans la vie j'suis ancien militaire, ouais c'est pas mal.. enfin, ça passe le temps quoi ! Dieu tout puissant à fait de moi un(e) hétérosexuelle, bien que je n'aime pas m'coller une étiquette. Grâce au ciel, je suis célibataire ! Et je ne m'en plains pas. (enfin, pas tout le temps). Ah, tu trouves aussi ?! Ouais, on m'dit souvent que j'ai des airs à colton haynes, mais en mieux évidemment. Sinon, ma drogue à moi c'est les filles et l'alcool, par contre je fais l'impasse sur ma famille. Et après bonne lecture, c'est dans les patrick swayze que vous pourrez me trouver. Bon, j'crois que j'ai fini mon monologue ! J'sais, quand je commence je m'arrête plus ! Mais vous avez kiffez vous pouvez le dire. On finit par remercier Blondie & Tumblr pour leur talent. Sur ce ! Moi j'vais aller manger une banane en regardant les redif de GOT. Hasta la Vista loser !  


Je suis quelqu'un d'assez franc, lorsque quelque chose ne me convient pas je le fais savoir. J'ai un caractère de merde, oui, oui c'est assez difficile de me supporter. J'aime les filles, et l'alcool, je crois que c'est les deux seules raisons qui me maintiennent en vie dans ce monde pourris.

Qui je suis ? Je ne le sais pas moi-même, certains vous diront que je suis quelqu'un de peu fréquentable, quelqu'un qui passe son temps dans des soirées plus folles les unes que les autres, et qui ne cesse d'aller de filles en filles et de verres en verres, est-ce faux ? Non, c'est personnes ont tout à fait raison, mais elles ignorent mon passé, ce pourquoi je suis quelqu'un de différent...


vingt huit juillet mille neuf cent quatre vingt onze
– Hôpital San Fernando

Des cris et pleure retentissaient à la maternité de l'hôpital de San Fernando, combien de naissances par jour ? Trop nombreuses pour les comptez. Dans la chambre 241, se situait Madame et Monsieur Fields, venant d'avoir un fils « Hayden ». Étrangement, nous avons du mal à ressentir quelconques émotions sur les visages des jeunes parents, aucunes larmes de joie, presque pas de sourire, un regard plutôt fuyant lorsqu'ils contemplaient leur enfant. La jeune maman le serra néanmoins contre elle avant de lever le nez vers son mari «  - Tu veux..tu veux vraiment le garder ? Tu sais.. je ne me sens pas prête du tout, de plus, nous nous étions dit que nous ne voulons pas d'enfants, du moins pas maintenant... » Le jeune papa la contempla, tout en prenant la parole à son tour « - Quand je t'avais dit d'avorter, mais que Madame prétendait que cela était trop tard ! » il soupira avant de reprendre d'un ton plutôt possessive «- Nous le gardons, et tu t'en occuperas, dans tous les cas tu n'auras pas le choix, et puis, maintenant tu auras une occupation au lieu de rester tes journées à rien faire ! » La jeune femme baissa la tête, tout en versant des larmes de tristesse. Ce-jour là, à la maternité de San Fernando, tous les parents étaient heureux et comblés de la nouvelle arrivée de leur bébé, tous, à l'exception d'eux. Je vous laisse deviner l'enfance d'Hayden, une mère forcé de l'élever en s'occupant à moitié de lui, un père souvent absent prétendant travailler, alors qu'ils ne cessaient d'aller faire le tour des bars. L'argent ? La famille ne connaissait pas vraiment, puisqu'elle n'en gagnait pas. Comment s'en sortait-elle ? En demandant de l'aide à leur entourage, encore et encore. Hayden, quand à lui, se débrouillait comme il le pouvait, il essayait de se faire le plus discret possible, bien que ses parents ne faisaient presque plus attention à lui. Il avait l'impression de vivre avec des inconnus.

Vingt huit juillet deux mille neuf
– Une seconde chance, pour tout recommencer

Hayden avait désormais dix-huit ans, il ne vivait plus chez ces « soit-disons » parents depuis maintenant deux ans, il logeait dans une petite chambre d'hôtel qu'il payait tant bien que mal, en essayant de trouver un travail à droite et à gauche, avant d'être embauché en tant que barman. Les soirées, les filles ? Hayden était un garçon très charmant et il en était conscient, c'est d'ailleurs pour cela qu'ils en avaient pas mal, pourquoi que des relations d'un soir ? Tout simplement parce qu'il a peur d'une relation, probablement parce qu'il a grandit aux côté d'un couple qui ne l'aimait pas et qui ne s'aimait pas vraiment eux non plus. Il travailla en tant que barman durant deux ans, en faisant des rencontres par-ci, par-là. Et puis un jour, il se renseigna concernant l'armée de terre. Il avait besoin d'évasion de partir de cette ville, qui pour lui avait été merdique. Il a été recruté rapidement, il débarrassait alors ces quelques affaires de sa chambre plutôt pitoyable, tout en prenant une feuille et un stylo ..

«  Maman, Papa, ou devrais-je dire Madame, Monsieur,
Je parts de San Fernando. Je suis certains que vous vous en fichez complètement, mais je tiens à vous le dire. Je suis engager à l'armée, et j'aimerai tellement que vous soyez heureux pour moi, ..
Adieu …

Hayden, votre fils »


Il plia la feuille en quatre tout en quittant sa chambre. Il déposa la feuille dans la boîte aux lettres de ses parents avant de partir, mais ils ne vu personnes ce-jour là. Pour Hayden, une nouvelle vie, une nouvelle expérience de la vie commença.

Dix mars deux mille seize
– Le retour

Vêtu d'un traille militaire, accompagné de quelques sacs, Hayden faisait son retour dans sa ville natale, trois ans s'était écoulé derrière lui, et nous ne savions guère ce qu'il avait pu vivre à l'armée, si ce n'est que la guerre, la mort de ses camarades à ses côtés, le sang qu'il voyait couler le long de ses mains, avait étais-ce trop dur pour lui, afin qu'il lâche prise et revienne à San Fernando, probablement. Mais il était revenu métamorphosé, il n'était plus reconnaissable, nous avons l'impression qu'il avait une carapace sur lui, comme ci il était infranchissable. Il avait essayé de retourner voir ces parents, peut-être parce qu'au fond il était curieux de savoir ce qu'ils devenaient. Il n'y trouva que son père assit sur un banc devant sa maison. Son père était venu le saluer, mais Hayden avait totalement refuser son approche. Il appris que sa mère avait quitté son mari pour un autre homme et était parti définitivement de San Fernando. Cela fait maintenant deux semaines qu'il était revenu, il comptait oublié et tirer un trait sur son passé tout en essayant de s'amuser et boire, boire pour oublier tout ce qu'il a vécu là-bas.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ mes conneries : 53

Kayla B. Anderson le Mar 29 Mar - 10:16
Bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ j'ai : vingt quatre ans.
◗ je suis : ancien militaire (à la recheche d'un nouvel emploi)
◗ mes conneries : 3

Hayden Fields le Mar 29 Mar - 16:20
Merci ! :)
Amber Heard, est un excellent choix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ mes conneries : 53

Kayla B. Anderson le Mar 29 Mar - 16:56
Merciii x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ j'ai : twenty two years.
◗ je me ballade : près de la maison de Bobby Roden.
◗ je suis : étudiante le jour, escort la nuit.
◗ mes conneries : 44

Scarlett R. Vanderwaal le Jeu 31 Mar - 10:01
Contente que tu sois parmi nous, évidemment tu me gardes un top petit lien! Le meilleur en fait !
Bon courage pour ta fiche, j'aime beaucoup ce que j'ai lu pour le moment ! :)


Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort. C'était une connerie. Du moins, dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
i'm a lady that's why

◗ j'ai : vingt-deux rouleaux de printemps.
◗ mes conneries : 62

Bae Chapman-Daniels le Jeu 31 Mar - 10:18
Bienvenue ! Je te valide avec plaisir !



I LOVE YOU. DON'T EVER LEAVE ME.
Un jour la mer aura emporté tout le sable. Les océans s’assécheront, et le soleil s’éteindra. Mais quand ce jour viendra, je t’aimerai encore. Mon amour sera éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ j'ai : vingt quatre ans.
◗ je suis : ancien militaire (à la recheche d'un nouvel emploi)
◗ mes conneries : 3

Hayden Fields le Jeu 31 Mar - 21:56
Scarlett; On n'aura le meilleur des liens ! je te le promets !

Bae; Merci bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

Hayden Fields - Malheureusement, on ne choisit pas sa vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Solar Fields
» On ne choisit pas ses voisins !
» (M) HAYDEN CHRISTENSEN → i'll despear if you runaway
» On ne choisit pas sa famille, mais le hasard fait bien les choses !
» [LIV] Connaissez-vous les liv?

 :: 
never too old
 :: playground ::  memory lane :: papiers administratifs
-