Trois cent soixante cinq.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Invité le Dim 20 Mar - 22:31

Trois cent soixante cinq.
Dimanche matin, le moment parfait pour relaxer, prendre un bon petit déjeuner et de simplement prendre son temps. Je me réveilla aux alentours de 9h, heure assez raisonnable pour profiter de la journée. Je descendis à la cuisine, enfila un croissant tout rond ainsi qu'un café et sauta dans la douche. Comme je venais d'arriver en ville, il y avait encore pleins d'endroits que je ne connais pas. Je voulais en apprendre plus aujourd'hui.

C'est alors que j'en profita pour me changer, une tenue royalement simple, juste pour aller me promener. Normalement, j'aurais passé la journée avec John, mais celui-ci avait du boulot ce matin. Me voilà donc à moi seule! Au moins, pour une fois, je pouvais me préparer sans me faire presser .. je l'admet, je prends mon temps quand je me prépare. Déjà .. je pris ma brosse à cheveux afin de démêler les foutu noeuds du matin et sur le coup je me mis à faire semblant de chanter. La déconcentration extrême ..

Je décida d'aller faire un tour aux jardins, on m'avait dit beaucoup de bien de cet endroit, je comptais donc y aller aujourd'hui. C'était tout près de ma nouvelle maison, une jolie petite route pour y aller. À ma grande surprise, les jardins se trouvaient à être un endroit remplis de fleurs magnifiques ou les gens aimaient s'y promener. Une idée me traversa l'esprit. Pourquoi je n'appellerais pas mes mannequins pour la nouvelle collection et ne ferais pas un photo shoot ici ? C'est alors que je sortis mon portable aussi rapidement que l'éclair et fis dépêcher l'équipe sur les lieux.

Une heure s'écoula avant de commencer les photos, le temps de tout préparer et de m'installer. Cependant, on m'informa qu'un de mes mannequin était malade. Mon seul masculin. QUOI? Qu'allais-je faire. Bon .. un figurant. Je regarda donc autour de moi et vis un jeune homme assez bâti au loin. Il pourrait visiblement faire l'affaire.

Je m'approcha alors du jeune homme en question. Il était drôlement grand et semblait fort comme un bloc de glace. « Excusez-moi » dis-je en tapant sur son épaule. Alors qu'il se retourna, j'eus la plus grosse surprise de tout ma vie. Oliver. Mon jumeau. « Oh non putain c'est pas vrai .. » m'exclamais-je en laissant tomber tout mes papiers que j'avais dans les mains.

Fiche (c) Espe


Revenir en haut Aller en bas
avatar

◗ j'ai : 21 Ans
◗ je me ballade : où tu es, j'y suis.
◗ je suis : Acteur de jour, DJ la nuit !
◗ mes conneries : 9

Oliver C. Johansson le Lun 21 Mar - 18:55

N’ayant pas d’emploie stable, j’avais perdu le décompte des journée. Une dimanche pour moi n’était rien de plus qu’une autre journée dans la solitude qui m’habitait. Une chance que j’avais Max, mon doberman de deux ans. Il me tenait compagnie chez moi depuis que j’étais arrivé en ville. C’était un cadeau que je m’étais fait de moi à moi


Après avoir bu mon café du matin, je pris un instant pour regarder à l’extérieur, il faisait magnifiquement beau. Le soleil était venait m’aveugler du à sa force. Je tournai mon regard vers ma droite ou je vis Max qui regardait à l’extérieur aussi. De plus il agitait la queue. Tu veux aller dehors toi hein ? Je lui posai la question, mais il serait très surprenant d’avoir une réponse en retour. Par contre j’eu droit a un petit regard vers moi lorsque je prononça le mot dehors. Je décidai donc de prendre un petit déjeuner vite fait avant d’aller me changer. J’enfila des jean bleu foncer, un t-shirt de mon groupe de musique préféré. Je mis une montre noire qui était de la même couleur que la casquette que j’enfilai vers l’arrière. Le fait de porté ma casquette du mauvais coté avait toujours été une mauvaise habitude que j’avais garder de lorsque j’étais gamin. Je prit des verres fumés, prit mes clés de ma voiture sport, je fit signe à Max d’entrée, prit un jouet ou deux et parti vers le jardin non loin d’ou j’habite.

J’arriva au parc, je me gara tout près puis sortie pour aller ouvrir la porte à Max. c’était vraiment une belle journée, il faisait beau et chaud. Au début j’avais décidé de prendre une simple marche pour me changer les idées. Vers le chemin du retour je voyais que Max commençait à être tout exciter, il voulait clairement jouer, je sortie donc un jouet et commença à lui lancer. De temps en temps je regarda autour de moi pour voir se qui se passais, je vit au loin quelque chose qui avait l’aire d’être un photo shoot. Je n’y portai pas vraiment attention, il était vrai que c’était une belle place pour prendre des photos. Peu de temps après avoir lancer le jouet à Max quelque chose me tapota mon épaule. Surement encore quelqu'un qui veux me dire que je suis un homme irresponsable. Je me tournai tranquillement pour voir de qui il s’agissait.  Ce n’était pas possible, je me frotta les yeux, une fois, deux fois, trois fois. Je ne pouvais pas croire qui je voyais, c’était ma sœur Kaylie. Je me tournai un instant pour voir mon chien qui était couché dans l’herbe à jouer avec son jouet. Oui, euu, et bien, euuu, quoi, ouais et bien, salut sorette. Je savais que Kaylie était dans cette ville, mais je ne savais pas ou, et se qu’elle était rendu, il faisait un peu plus de 1 ans que je ne l’avais pas vu. Une larme commença à couleur sur ma joue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


Invité le Mar 22 Mar - 13:55

Trois cent soixante cinq.
Alors que je devais remplacer un de mes mannequins pour complèter mon photoshoot, je m'étais avancer vers l'homme le plus proche que j'avais vu. Il était parfait pour les photos. Grand, bâti et semblait relativement joli. Le hic, c'est que je ne m'attendais sûrement pas à qui il était.

Je m'étais donc avancé, lui avait tapoté l'épaule. À ma plus grande surprise, Oliver se retourna. Immédiatement, mon coeur se pinca. Je n'avais aucune idée qu'il était sorti, ni même qu'il était par ici. Tout ca semblait superflus. À ce moment, des tonnes des questions se bousculèrent. J'avais beaucoup de choses à lui annoncer et cela semblait trop pour être dit maintenant.

Tous les papiers que j'avais dans la même tombèrent au sol, lorsque je reconnu Oliver. Il se mit aussi a bégayais quelques salutations, visiblement aussi mal à l'aise que moi. «Depuis quand tu .. depuis..» je ne pus terminer ma phrase, je me ressaisi sur le coup. Pas le temps de parler me disais-je. Je pris immédiatement Oliver dans mes bras. «Ce que tu m'as manqué putain!» Je le lâchai deux petites minutes, afin de reprendre mes papiers en sol.

Je fis signe aux autres de m'attendre un peu. Puis, mon regard se reposa sur Oliver. «Depuis quand es-tu sortis? Et qu'est-ce que tu fais dans ce trou perdu?» J'avais déjà peur au moment ou je lui annoncerai la suite..

Fiche (c) Espe


Revenir en haut Aller en bas
avatar

◗ j'ai : 21 Ans
◗ je me ballade : où tu es, j'y suis.
◗ je suis : Acteur de jour, DJ la nuit !
◗ mes conneries : 9

Oliver C. Johansson le Mar 22 Mar - 15:42


Ce qui pour moi devait être une simple journée au parc à jouer avec mon chien et prendre de l’aire frais, tourna rapidement à une toute autre sorte de journée. Je commençais tranquillement à une toute autre journée. Je pouvais m’attendre à ce que plusieurs personne vienne me tapoter l’épaule, mais ma sœur, je ne m’y attendais vraiment pas.

Lorsque je me tournai je vis très vite qu’elle n’était pas au courant que  j’étais ici. Sont air stupéfait ne pu mentir, alors que moi je savais qu’elle était ici, mon but  était entre autre de la retrouver elle, et par le fait même, surement qu’elle me guiderais vers papa et maman. Il faisait bien peu de temps que j’étais sortie de tôle, mais je me doutais bien qu’elle ne le savait pas, du au fait que sa fait plus ou moins 1 an et demi que nous nous étions pas vu.

je la vis échapper c’est papiers, je ne savais pas trop si je devais les ramasser. En fait, je n’avais aussi aucune idée des sentiments qu’elle éprouvait envers moi. était t’elle fâchée, heureuse de me revoir, simplement surprise ? Je n’avais aucune réponse pour le moment.



Elle essaya de dire une phrase, mais comme moi, je pu voir qu’elle aussi était sous le choc. Chose qui était très compréhensible vu la situation. Elle entra directement dans mes bras. Je la serra tellement fort. Je senti un fort sentiments de soulagement à l’intérieur de moi. j’avais enfin retrouvé ma sœur jumelle. Tu n’a aucune idée à quel point tu m’a manquer aussi Kylie. elle me posa plusieurs question sur moi. ça fait à peu près 6 mois que je suis sortis. je me cherchais une place pour me changer les idée. Si je n’étais plus confortable à Karlstad, je devais changer d’endroit. Et j’avais entendu dire que tu étais rendu ici. Et toi, que fait tu dans cette petite ville ? Je ne savais pas trop à quoi m’attendre rendu à ce point si de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


Invité le Mer 23 Mar - 15:04

Trois cent soixante cinq.
J'étais à la fois étonnée, heureuse et triste de le retrouver. Je n'avais pas été le voir une seule fois en prison. Non pas parce que j'étais fâchée, mais bien parce que j'avais trop de peine. Un frère jumeau, c'est comme un meilleur ami alors quand il s'était fait enfermé, j'en avais perdu ma moitié.

Comme j'avais énormément de choses à dire et peu de temps à cause du boulot, je décida de tout aller annuler la séance photo. «Attend moi une minute» dis-je à Oliver, avant de m'avancer vers mon équipe. Je leur expliqua la situation, ils comprirent tous et gentiment, ils quittèrent pour me laisser parler avec Oliver. Je revins vers mon frère. «Tu veux aller un peu plus loin? Nous avons à parler je crois bien .. »

Nous allâmes vers une petite table à picnic et chaises. L'endroit était calme. Excellent pour parler. «C'était pas trop terrible là-bas?» Je faisais référence à la prison. Évidemment, la tôle suédoise avait pour réputation d'être dure. Mais comme ce n'était que conduite en état d'ébriété, je ne pense pas qu'il lui avait fait la vie dure.

Alors que la conversation allait de bon train, je commençais à stresser. J'avais absolument à lui dire à propos des parents, mais je tremblais de tout mon corps. « Oli hmm.. je dois te dire quelque chose de très important. » Je voulais amener le sujet de façon calme et posée, mais j'avais un stress tellement énorme que je le dis de façon claire. « Papa et maman son morts..»

Fiche (c) Espe


Revenir en haut Aller en bas
avatar

◗ j'ai : 21 Ans
◗ je me ballade : où tu es, j'y suis.
◗ je suis : Acteur de jour, DJ la nuit !
◗ mes conneries : 9

Oliver C. Johansson le Jeu 24 Mar - 1:04

Aucun mot au monde ne pouvait décrire le sentiment que j’avais à l’intérieur de moi. j’avais un énorme sentiment de soulagement qui venait d’entrée dans mon corps. J’avais enfin retrouvé la chose qui était le plus important pour moi, et en plus, en voyant ma sœur, elle allait pouvoir me faire retrouver papa et maman. Je nous voyais déjà ensemble en train de souper avec un bon vin.

Lorsqu’elle me dit de l’attendre je l’écoutai pour comprendre que finalement tout les gens qui étaient ici, c’était en fait l’équipe de ma sœur. Je vis son équipe partir et elle revenir vers moi. Tu es sur que je ne te dérange pas ? Au pire on peut se reprendre si tu es trop occupé. Je voulais paraître polie, mais dans le fond, j’espérais au plus profond de moi que nous puissions continuer à parler.

Elle me demanda si je voulais aller plus loin, je dois avouer que sa tombais bien car je commençais à avoir mal au genou à force d’être debout toute la journée.  Oui certainement, allons plus loin. Je la suivi jusqu'à une petite table, ou je fit signe à max de venir se coucher à coté de moi. Elle me demanda pour la prison, étant toujours un peu farceur je ne pouvais m’empêcher de faire des blague. A l’exception de quelque sodomie par ci, par là, non ça va. Inquiète toi pas tout à bien été, je n’était pas dans la pire partie de la prison. Je ne pue m’empêcher de rire de ma propre blague. Il était vrai qu’être en prison n’avait rien d’amusant, mais je voulais mettre mon passé derrière moi.

J’attendis d’avoir sa réaction, j’étais sur le point de lui demander des nouvelle et de me parlé de ce qui c’est passé dans sa vie lorsqu’elle sortie une phrase plus vite que moi. il faisait 21 ans que je connaissais Kylie, c’était la personne sur terre que je connaissais le mieux au monde. Dès qu’elle commença sa phrase je sue que quelque chose de mal allait être annoncé. Elle m’annonça la mort de m’es parents. Je ne pouvais pas mentir, c’était vraiment une journée remplie en émotions. Son annonce eu l’effet d’un coup de marteau qui frappa mon corps. Je ne savais pas comment réagir, je voulais paraitre fort devant ma sœur. Mais au bout de quelque instant une larme coula sur mon visage. Mais, mais , mais, comment est-ce possible ? quand sa ? pourquoi ? pourquoi me l’a tu pas dis avant ? Je sentait les bruit de mon cœur qui battait à l’intérieur de moi. j’étais simplement détruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

Trois cent soixante cinq.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Soupe aux trois légumineuses -Louise
» Se bricoler un composteur avec trois fois rien
» Le domaine des cinq autels
» Mignardises aux trois chocolats et à la chantilly
» Atelier Educatif Le Coffret Magique a trois Rivieres!

 :: 
never too old
 :: playground ::  memory lane
-