trois mètres au dessus du ciel + baelijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
i'm a lady that's why

◗ j'ai : vingt-deux rouleaux de printemps.
◗ mes conneries : 62

Bae Chapman-Daniels le Mer 16 Mar - 16:17


❝jamais plus la sensation d’être à trois mètres au-dessus du ciel.❞
TOI & MOI

Fin de soirée, un vendredi. Enveloppée dans une petite veste de cuir noir, les bras croisés sous la poitrine je marchais d'un pas plus ou moins rapide sur l'un des trottoirs de San Fernando. La nuit était noir, les lampadaires éclaraient une bande de gars de l'autre côté de la route, appuyés au capot d'une caisse, je leur jetais un coup d'oeil furtif puis baissait la tête en accélérant le pas. J'entendis des sifflements, quelques phrases de base du genre "tu va où comme ça ma jolie?" Les thugs ou pseudo thugs de la ville et la drague, rien de très classe, voilà pourquoi je ne répéterais pas les surnoms qu'ils me lançaient. Mes pieds me faisaient un peu mal, une légère brise se levait et le vent glissait sur mes cuisses dénudées. Je tirait machinalement sur ma robe pour tenter tant bien que mal de l'allonger quand j'arrivait finalement devant le restau de Rownie. Je poussait la porte, comme à son habitude et malgré l'heure tardive, environs 3h du mat' l'établissement était toujours bondé. Majoritairement des gens du coin, pour la plupart des jeunes que je connaissait. J'en saluait timidement quelques uns d'un sourire et d'un signe de main puis j'allais m'installer au comptoir. « Longue soirée ? » Je relevais le visage pour croiser le regard sympathisant du fameux Rownie, cet homme qui m'avait vu grandir, passer toutes mes soirées après le lycée sur une banquette en fond de salle avec mes amis de l'époque. Je sourit légèrement, par politesse, puis j'hochais simplement les épaules. « Il te reste de.. » « Cheese-burger-frites avec bacon et beaucoup de ketchup et un milkshake vanille. » Il me coupait dans mon élan et mon sourire se fit en coin. Il partit dans ses cuisines, et je me risquait à poser les yeux sur le reste de la salle. La radio passait, tout le monde vivait sa petite vie, une bande de jeunes d'une quinzaine d'années à peine riaient dans un coin et me firent penser à moi, quelques années plus tôt, quel insouciance. Mes yeux se posaient sur l'un des couples de ce petit groupe, la fille était assise sur les genoxu de son petit-copain, ils semblaient si heureux. L'amour leur semblait si simple. J'eu un pincement au coeur en me rappelant que quelques années plus tôt je squattait cette banquette avec mon premier amour, moi aussi. Mon visage tournait dans une autre direction, et c'est à ce moment que mes yeux se posaient sur un visage bien trop familier. Quand on parle du loup.. Elijah venait à son tour d'entrer dans le petit restau', ma respiration se coupait un instant à cette vue. A chaque fois que je le croisait, même si ce n'était que pour une fraction de secondes, je ne contrôlaient par les papillons dans mon ventre, tel une pré-ado. On ne se fréquentait plus, je ne l'avait pas vu depuis des mois, j'aurais presque pu soupçonner Rownie de lui avoir dit que j'étais ici, mais cela n'était certainement que du hasard. Je baissait les yeux sur le comptoir, pensant qu'avec un peu de chance il ne me remarquerait pas. Espérant secrètement qu'il le fasse..

© Pando



I LOVE YOU. DON'T EVER LEAVE ME.
Un jour la mer aura emporté tout le sable. Les océans s’assécheront, et le soleil s’éteindra. Mais quand ce jour viendra, je t’aimerai encore. Mon amour sera éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ j'ai : 22 ans
◗ je suis : pompier
◗ mes conneries : 34

Elijah I. Daniels le Mer 16 Mar - 20:21
trois mètres au dessus du ciel
Baelijah


J'étais de sortie en soirée, comme très souvent. Avec mes cousins et quelques-uns de mes potes, que j'aimais toujours autant fréquenter. On s'amusait toujours beaucoup mieux quand on était bien accompagnés n'est-ce pas? C'était notre cas ce soir. On avait commencé notre soirée aux alentours des 19h, avec des cocktails chez l'un de mes potes. Histoire de se mettre bien avant de commencer plus sérieusement la soirée. Ce dernier n'habitant pas loin de la boite dans laquelle nous avions décidé de passer la soirée et une partie de la nuit, on n'avait pas à se stresser. Ce fut donc avec grand plaisir et aux alentours de 22h qu'on quitta le domicile de ce dernier pour rejoindre la boite de nuit. On avait alors consommé quelques cocktails et on s'était partagé un joint à plusieurs, ce qui fait que j'étais déjà plus ou moins bien lancé. La danse sur la piste, la drague et pour être tout à fait honnête les quelques baisers que j'avais pu échanger avec une fille de la boite de nuit avaient aidé à diluer un peu l'alcool présent dans mon sang. Je n'avais pas pris son numéro, elle était bien jolie et charmante, mais je n'étais pas dans l'optique de faire des rencontres autres que pour passer du bon temps. Et vu qu'elle n'avait pas accepter ma proposition d'aller au calme pour mieux se connaître... Inutile de vous faire un dessin.

Cependant, aux alentours des trois heures du matin... « Les mecs j'ai la dalle » annonçai-je tel un gamin à mon groupe de potes. Certains rigolèrent et d'autres levèrent les yeux au ciel, mais j'étais vraiment sérieux. J'avais vraiment faim. Genre je pourrais me manger trois pizzas et deux menus medium au McDo. Après une petite et rapide discussion, on sépara le groupe en deux. Les affamés, dont je faisais évidemment parti, quittèrent la boite de nuit pour aller dans un endroit où on pourrait manger. Je suivis mon cousin dans un établissement "trop ouf", accompagné d'un des potes, la cigarette aux lèvres et les mains dans les poches. Ce n'était pas loin, et je suivais paisiblement les deux autres boys jusqu'au bar lorsque mon regard s'accrocha à ta silhouette. Malgré le temps, la distance et tout le reste, je t'aurais reconnue entre mille. Tu avais la tête baissée sur le bar, et mon cousin me bouscula à l'aide de son coude pour me ramener à la réalité. Mmh. Décidant de me rendre utile, je pris la commande des deux autres avant de m'approcher du bar. Et de toi, naturellement. « Bonsoir. On aimerait trois portions de frites, un wrap végétarien, un cheeseburger et un chickenburger s'il vous plait. Avec trois cocas » fis-je calmement en m'adressant au serveur. Ce dernier acquiesça avec un grand sourire et me promit de faire rapidement. Je me trouvais juste à côté de toi et je le remerciai d'un bref sourire, avant de me tourner dans ta direction. « Et une ex que je n'ai pas revue depuis une éternité » ajoutai-je sur le même ton avec lequel j'avais passé commande, arquant un sourcil avec un air à la fois étonné et sceptique. « Content de voir que t'es toujours vivante. »



Emi Burton


Dream On
Sing it with me if it's just for today, maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on, dream on, dream on. Dream yourself a dream come true. Sing with me. Sing for the year, sing for the laughter and sing for the tear.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
i'm a lady that's why

◗ j'ai : vingt-deux rouleaux de printemps.
◗ mes conneries : 62

Bae Chapman-Daniels le Ven 18 Mar - 10:58



❝jamais plus la sensation d’être à trois mètres au-dessus du ciel.❞
TOI & MOI

Quand bien même Elijah et moi avions passer une bonne partie de notre adolescence sur les banquettes de ce restau' tout les deux, je ne m'attendais pas à le croiser ici ce soir. ll était tard, je ne pensais pas qu'il venait encore ici, et pourtant.. Pour ma part, même si mon mode de vie avait changer ses dernières années, même si je ne fréquentait plus les mêmes gens ni les mêmes lieux, ce petit restau' était rester mon point de chutte. A chaque fois que je rentrais après une soirée avec un client, je venait me réfugier ici. Le temps dé déguster la junk food de mon viel ami, je pouvait prétendre être toujours la petite Bae du pays, l'innocente petite latina qui dans ce quartier modeste tout le monde connaissait et appréciait, bien qu'en réalité c'était loin du compte. J'étais toujours moi-même, à la différence que quatre à cinq fois par semaine je prêtait mon corps au plus offrant. Peu de gens étaient au courant de cela, et je veillait à ce que cela reste de la sorte. Je ne tenais pas à ce que les gens qui m'avaient vu grandir me regardent avec dégoût, Rownie devait se douter de quelque chose en me voyant venir vêtue de la sorte à des heures aussi tardives, mais il ne me jugeais pas et se contentais de me parler. Il était devenu une sorte de deuxième papa, maintenant que mon père était décédé. J'avais la tête baissée sur le comptoir, mais évidemment Elijah reconnu ma présence, son ton était froid, direct, ça faisait mal de se dire qu'il y a quelques années encore il s'adressait à moi avec tendresse. Mon premier amour, mon mari, encore sur le papier. Je me pinçait les lèvres et me risquait à lui jeter un regard. Comme je l'avais remarquer quelques secondes plus tôt, il était toujours aussi beau. J'avais toujours autant envie de lui sauter au cou, je ne pense pas que cette envie me passerait un jour. Je ne savais pas quoi lui répondre, mais je le fixais sans m'en rendre compte. « Tu a changer tes cheveux ? Ca te va bien.. » Bae.. Sérieux ? Ses cheveux ? Tu crois pas que vous avez d'autres choses à vous dire après tout ce temps ? Je me mordillais la lèvre, nerveuse. Ce garçon, cet homme désormais que j'avais tant aimer et avec qui ça avait été si simple de parler à une époque, se trouvait être la personne avec qui j'avais le plus de mal à communiquer désormais. Rownie sortis de ses cuisines pour m'apporter ma commande, face à ma tête d'enterrement il compris que quelque chose n'allait pas et jeter un coup d'oeil à Elijah, lui qui nous connaissais tout les deux depuis le lycée compris rapidement. « Aller les jeunes, oublier pas que vous êtes unis jusqu'à ce que la mort vous sépare. » Lançait-il avant de nous adresser un de ses fameaux clin d'oeil et de repartir, je baissais la tête. Puis j'attrapais une frite avec laquelle je jouais nerveusement, l'ambiance était tendue, je finit par relâcher la nourriture dans mon plat et me tourner pour le regarder plus longuement. « Tu va bien ? Je... Ma mère a dit qu'elle t'avait croiser en ville il y a quelques semaines, j'ai beaucoup penser à toi. » Oui, ma mama avait toujours adorer Elijah. Tout comme mon père, d'ailleurs. Parfois je me disait qu'ils l'aimaient même plus que moi, mais j'appréçiait cela. Malgré notre séparation, ma mère croyait toujours que le premier amour durait toujours. Mon père avait été le sien, elle pensait qu'Elijah et moi allions nous retrouver à un moment, vu la façon dont il me regardait et comment j'avais le don de tout gâcher, moi j'en doutais.

© Pando



I LOVE YOU. DON'T EVER LEAVE ME.
Un jour la mer aura emporté tout le sable. Les océans s’assécheront, et le soleil s’éteindra. Mais quand ce jour viendra, je t’aimerai encore. Mon amour sera éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ j'ai : 22 ans
◗ je suis : pompier
◗ mes conneries : 34

Elijah I. Daniels le Ven 18 Mar - 21:47
trois mètres au dessus du ciel
Baelijah


Je ne sais plus qui de mon pote ou de mon cousin a trouvé intelligent de venir ici, mais finalement ce n'était pas l'idée du siècle. Clairement, j'aurais refusé de revenir ici. Trop de souvenirs me venaient à l'esprit. Des souvenirs avec toi, naturellement. Nous avions passé de longues à user les banquettes de l'établissement. Et à commander des boissons, tes saletés de milk-shake à la vanille. Je détestes les milk-shake à la vanille, je ne comprenais pas comment tu pouvais avaler ça. Et je me souviens parfaitement du cinéma que je faisais quand tu m'embrassais avec ce goût-là sur les lèvres. Je jouais au mec dégouté rien que pour te faire rire et râler. On était un peu jeunes et cons, ouais. Mais on était heureux. Et je t'en voulais, je te détestais de nous avoir enlevé ça. Pour je ne sais quelle raison en plus. Ouais. Je te déteste. « Tu a changer tes cheveux ? Ca te va bien.. » Tu avais relevé ton regard sur moi et je maintiens le mien à la hauteur du tien. J'étais surpris de ta remarque, étant donné que cela faisait pas mal de mois qu'on ne s'était pas vus. « Ouais. J'avais envie de changement » fini-je par répondre sans te faire remarquer qu'en autant de temps j'avais clairement eu le temps de changer plusieurs fois de coupes de cheveux. Je n'allais pas être dégueulasse non plus, mais je n'avais pas envie d'être clément. Tu me connaissais, je ne savais pas faire semblant.

Rownie fit son apparition avec ce que je devinais être ta commande et je me retins de lever les yeux au ciel en voyant ce qu'il y avait. Milke-shake. A la vanille. « Aller les jeunes, oublier pas que vous êtes unis jusqu'à ce que la mort vous sépare. » Je lâchai un ricanement mauvais qui pouvait très bien signifier ce que je pensais de ce qu'il venait de dire. Apparemment, tu avais bien oublié cela de ton côté. Ouais, j'étais plein de rancoeur, en fait. Je regrettais presque de ne pas avoir embarqué cette nana avec moi, juste pour voir ta tête. Je ne savais pas si tu avais encore des sentiments pour moi, mais j'avais envie de te voir souffrir comme j'avais pu souffert lorsque tu étais partie. « Tu va bien ? Je... Ma mère a dit qu'elle t'avait croiser en ville il y a quelques semaines, j'ai beaucoup penser à toi. » J'arquai un sourcil et reportai mon attention sur toi. Je m'étais entre-temps mis à regarder les alentours, tambourinant sur le bar avec mes doigts. « Mmh. Ca va, ouais. Ca m'a fait plaisir de la revoir » On aurait limite dit qu'elle retombait sur le fils prodigue qu'elle n'avait pas revu depuis des années. Mais je m'étais toujours très bien entendu avec tes parents, de toute manière. Ce n'était pas vraiment un secret pour qui que ce soit. « Et toi? ça va? » demandai-je après avoir jeté un coup d'oeil par-dessus mon épaule en direction de mon cousin et mon pote. Qui geekaient tous les deux sur leurs téléphones avec la tronche des mecs qui ont clairement abusé de l'alcool. Bande de boulets.



Emi Burton


Dream On
Sing it with me if it's just for today, maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on, dream on, dream on. Dream yourself a dream come true. Sing with me. Sing for the year, sing for the laughter and sing for the tear.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
i'm a lady that's why

◗ j'ai : vingt-deux rouleaux de printemps.
◗ mes conneries : 62

Bae Chapman-Daniels le Ven 25 Mar - 9:44



❝jamais plus la sensation d’être à trois mètres au-dessus du ciel.❞
TOI & MOI

Une chose était certaine au moins, peu importe ce qui pourrait bien se passer dans ma vie ou dans la sienne, je ne cesserait jamais d'aimer ce garçon. je ne l'avait jamais fait, je ne le ferait jamais. Il m'était juste impossible d'imaginer une vie où je ne serais pas follement amoureuse d'Elijah Daniels. Il était le premier garçon que je n'avais jamais aimer, probablement le dernier que je n'aimerais jamais, on dit que le premier amour dur toujours, je ne suis pas vraiment brancher citation de loveur et tout ce qui s'en suit, mais pour celle-ci j'étais d'accord. Je n'aimerais jamais un autre garçon de la manière dont je l'aimais lui. Et même si nous étions séparer et que j'avais retirer mon alliance, celle-ci restait précieusement accrochée à une petite chaîne autour de mon cou, jamais je ne m'en serait séparée. Je lui avouait que depuis que ma mère était un jour rentrer de la ville et m'avait annoncer joyeusement avoir croiser mon cher et tendre mari, j'avais beaucoup penser à lui, ce qui était vrai. La question était plutôt, quand est-ce que je ne pensais pas à lui ? A lui et à l'énorme erreur que j'avais pu faire en le quittant un jour. J'avais cru pouvoir poursuivre mes rêves, j'avais cru que sans lui j'y arriverais mieux. Ironie du sort, maintenant j'avais tout perdu, l'amour de ma vie ainsi que ma fierté. Rabaissée à devoir passer la soirée en compagnie d'hommes que je n'appréciaient pas, qui posaient leurs mains sur mon corps, aux endroits qu'Elijah avait toucher pour la première fois. C'était comme le trahir, chaque soir et en fait c'est probablement ce que je faisait. Puisque légalement et devant l'église nous étions encore mariés, j'avais rompu ma promesse de fidélité, mais il devait en avoir fait de même lui aussi. Depuis enfant à mes yeux le mariage était une chose sacrée, et voilà que je le baffouais malgré moi. Je jouais nerveusement avec une frite dans la sauce, tout en hochant la tête. « Je vais bien. » Je fixait mon assiette, et sans vraiment m'en rendre compte, les mots c'étaient échappés de ma bouche. Je n'avais pas compris pourquoi ni comment mais c'était sorti. « Tu me manques. » C'était vrai, tout ce qu'il y a de plus vrai mais je n'étais pas censer le dire à haute voix. Et puis l'émotion me gagnait, certainement le fait que je venait de sortir d'un rendez-vous, j'étais fragile, je le revoyait après des mois, les larmes me montaient aux joues. Puisque je m'étais lancée et que désormais il me dévisageais, je n'avait plus rien à perdre, je le regardait avec tristesse, avec regret. « Je suis désolée pour tout ce que j'ai fait, tout ce que je t'ai fait. Je regrette, si tu savais comment. Tu me manques Elijah, ton sourire, tes mains, tes yeux.. Quand je dis que j'ai beaucoup penser à toi, c'est vrai. Chaque minute. Ce que j'ai fait c'était égoïste et stupide et je.. » J'avais changer de siège, désormais je me retrouvait juste à côté de lui, une larme coulant sur mon visage. « J'ai besoin que tu me pardonne, s'il te plaît.. Dis moi que tu m'aime encore.. »

© Pando



I LOVE YOU. DON'T EVER LEAVE ME.
Un jour la mer aura emporté tout le sable. Les océans s’assécheront, et le soleil s’éteindra. Mais quand ce jour viendra, je t’aimerai encore. Mon amour sera éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

◗ j'ai : 22 ans
◗ je suis : pompier
◗ mes conneries : 34

Elijah I. Daniels le Jeu 31 Mar - 16:47
trois mètres au dessus du ciel
Baelijah


Pour être tout à fait honnête, je n'avais pas spécialement envie de parler de comment j'allais avec toi. Mais par politesse et pour une raison que j'ignorais, j'en venais à te retourner la question que tu m'avais posé. Elle était simple après tout et n'engageait rien. Je te demandais uniquement comment tu allais. « Je vais bien. » Cool. J'acquiesçai d'un vague signe de tête, ne sachant pas réellement quoi ajouter à cela. Au lieu de ça, je me tournai en direction de mon pote et mon cousin qui semblaient en pleine cuve de leur alcool. La fin de soirée promettait bien des trucs tiens. « Tu me manques. » Plait-il? Mon regard se reporta à nouveau sur toi, et je réalisai que tu étais en train de regarder ton assiette très fixement. « Quoi? » demandai-je en arquant un sourcil, partant du principe que j'avais mal entendu. Ou que j'avais eu une hallucination auditive des plus hallucinantes.

Je fronçai les sourcils en voyant ton regard, croisant les bras sur ma poitrine. Je n'avais jamais aimé te voir pleurer mais je n'avais pas envie de me sentir être touché d'une manière ou d'une autre par tes larmes. Ca serait trop facile. « Je suis désolée pour tout ce que j'ai fait, tout ce que je t'ai fait. Je regrette, si tu savais comment. Tu me manques Elijah, ton sourire, tes mains, tes yeux.. Quand je dis que j'ai beaucoup penser à toi, c'est vrai. Chaque minute. Ce que j'ai fait c'était égoïste et stupide et je.. J'ai besoin que tu me pardonne, s'il te plaît.. Dis moi que tu m'aime encore.. » Je me retins à grande peine de lever les yeux au ciel. Tu t'étais rapprochée de moi et je n'avais pas bougé malgré tout. « T'es bourrée? » ne pus-je m'empêcher de te demander en te regardant avec scepticisme. Je t'avais déjà vue ivre plusieurs fois et tu m'avais vu dans des états pire que sous l'influence d'un simple verre, et je te connaissais assez pour savoir que tu n'étais pas dans ton état normal. « Tu t'es barrée sans me donner d'explications. Tu ne m'as pas donné de nouvelles pendant des plombes, maintenant on se revoit deux minutes et tu me dis ça? C'est trop facile Bae. » Je secouai la tête et sentis ma prise se resserrer sur le comptoir. Je ne savais pas pourquoi mais j'étais soudainement furieux. « Tu regrettes et je te manque, mais t'as pas idée d'à quel point tu m'en as fait baver » marmonnai-je en serrant les dents.



Emi Burton


Dream On
Sing it with me if it's just for today, maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on, dream on, dream on. Dream yourself a dream come true. Sing with me. Sing for the year, sing for the laughter and sing for the tear.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

trois mètres au dessus du ciel + baelijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un python de trois mètres capturé à Gentilly (Val-de-Marne)
» j'ai mal à l'estomac!
» Tres mauvaise nouvelle ( retrait preventif ) HELP !
» Soupe aux trois légumineuses -Louise
» Se bricoler un composteur avec trois fois rien

 :: 
never too old
 :: playground ::  memory lane
-